vannerie_paysanne_w2000

 

Lors de ma jeune enfance,  les paysans fabriquaient encore eux même leurs paniers, hottes etc... pour leur vie quotidienne: cueillette des fruits; des légumes; le pain; les fromages et bien sur pour les vendanges. Les hommes, car c'étaient eux qui faisaient essentiellement de la vannerie, , les paysans vannier les végétaux pour les utiliser en tant que matériaux. Noisetier, châtaigner, osier, paille et pousses de jeunes chênes étaient récupérés dans la campagne brayaude. Si depuis le 19eme siècle , les gens ont appris à travailler professionnellement l'osier (tressage plus rapide), les paysans vanniers eux, utilisaient divers bois en fonction de l'utilité de leurs paniers ...  

 

Ainsi, la paillas servaient aussi bien à faire des ruches que des paniers permettant de laisser lever la pate à pain ou encore des semoirs de forme concave pour s'adapter facilement à la hanche.

 

Le noisetier était utilisé pour tresser des "brescado" ou "banaste", corbeille à linge de forme ovale. Si le châtaignier n'érait pas adapter à ces paniers, c'est que le bois est réputé pour tacher!

 

Dans la vallée "Sans soucis" ou à "St Coust", on trouvait beaucoup de chênes. Aussi ramasser t'on les pousses les plus jeunes dont on sortait des rubans à tresser. Ceux ci servaient à confectionner des paniers, hottes, bonbonnes etc ...Mais à l'apparition du carton bouilli, la vannerie s'est raréfiée. La malle en osier à, par exemple disparut au profit de la valise. Et le sac plastique a définitivement sonné le glas du panier, bien qu'on tente aujourd'hui de préserver ce savoir faire à travers l'artisanat.

 

Un savoir faire menacé certes , mais toujours présent dans la mémoire collective.

 

                                                                                                                            jean-claude,